SOCIETE

Jupiter et les Astrologues

Quand le ciel explique notre Monde.

Lorsqu’il s’identifie à Jupiter, Emmanuel Macron a sans doute en tête la mythologie antique gréco-babylonienne, pour qui Jupiter est le roi des dieux.

Nous savons qu’une partie de l’élite illuminée utilise l’astrologie et la mythologie pour coder des évènements, des manifestations sportives, etc.. Bien que les croyances associées à l’astrologie restent populaires, la découverte de nouvelles planètes au 18ème siècle change la donne et a amené certains astrologues à redistribuer les maîtrises planétaires, l’astrologie s’est aussi adaptée aux nouvelles limites entre les constellations de 1922 et à la précession des équinoxes avec l’astrologie sidérale, notamment en Asie.

Il faut comprendre que certains évènements n’arrivent pas à cause de l’alignement des planètes et des signes, ils sont programmés à l’avance. Les étoiles et les constellations expliquent nos civilisations. Les mages astrologues de Babylone et leurs successeurs en Grèce ont mis en place un système et il perdure toujours dans une tradition ésotérique, c’est aussi un puissant matériel sectaire. Cela ne correspond strictement à rien et il y a de nombreux problèmes de concordances des signes, c’est du grand n’importe quoi.

Notre système astrologique paraît refléter une origine égyptienne mais tout a été trafiqué avec le récit légendaire homosexuel Mésopotamien de l’Épopée de Gilgamesh, un tour de zodiaque certainement achevé par les grecs, dont les 12 travaux d’Héraclès (ou Hercule) est une variante. On a découvert des fresques stellaires dans le Nord de l’Europe et en Egypte sans influence des autres civilisations, elles montrent des symboles très anciens bien avant la création des zodiaques et l’assimilation des maîtres aux dieux. Il y a donc une autre histoire cachée au monde avec les constellations.

D’un point de vue astrologique, c’est avec l’invention du THEMA MUNDI que notre astrologie occidentale gréco-romaine commence son expansion et c’est avec cette base que l’on a attribué la maîtrise de Jupiter au Sagittaire et c’est ainsi qu’en astrologie le Sagittaire devient le domicile diurne de Jupiter.

Mais nous savons aussi que les signes n’ont pas tous la même durée (le temps durant lequel le soleil passe dans une constellation) que toutes les constellations n’ont pas la même taille et que cette rotation change au cours des siècles. Les maisons et les signes ne représentent rien de scientifique, nous savons aussi qu’on a plusieurs fois redessiné le ciel et les limites entre les constellations.

Le Sagittaire signifie « l’archer » on le surnomme aussi « arcifère » ou « flèche », il représente une créature avec le buste d’un homme et le corps d’un cheval à partir de la taille, un chevalier Centaure. Le Centaure est une créature violente et belliqueuse, avec la constellation Centaurus (Cénobite-Taureau), le Sagittaire est un autre homme-cheval dans l’atlas céleste. Les anciennes constellations sur les fresques antiques et les zodiaques permettent une explication sur la création des figures très souvent fantaisistes.

La représentation du Sagittaire sous la forme d’un Centaure a évidemment donné lieu à quelques confusions avec la constellation australe du Centaure qui n’est pas double face. Le signe du Sagittaire est beaucoup plus ancien que la celui du Centaure qui n’apparait pas sur le zodiaque gréco-égyptien de Denderah.

Notre actuel Centaure est une fusion de plusieurs signes, nous savons qu’avant la création d’un nouveau zodiaque il y avait le taureau Bootes saturnien avec sa faucille et une Isis à l’enfant dans le premier décan de la Vierge. A la place de cette Isis à l’enfant nous trouvons désormais la Croix du Sud située au pied du Centaure.

Les Centaures représentent la civilisation, bien qu’ils se battent parfois entre eux. Le Sagittaire est farouche et guerrier, dans la mythologie mésopotamienne il est apparu sous la forme de l’archer Nergal, qui dominait Mars, la planète guerrière. La constellation du Centaure est placée dans le sens inverse des autres constellations et combat contre le Loup et le Scorpion avant le Sagittaire. A l’origine ce Loup représentait le molosse du Pharaon à la chasse, c’était un gros chien noir.

Le Centaure est aussi un avatar du religieux et instructeur pacifique Chiron, et comme Asclépios le médecin, Chiron avait aussi le pouvoir de guérir. Mais comme rien n’est simple, la mythologie grecque a assimilé le Sagittaire à Chiron, sage et savant, cette identification vient d’un mythe qui concerne Artémis, déesse de la Chasse, bien que cette figure est plus proche de l’image de Sirius qui était une archère avant de devenir le chien Canis Major.

Les fresques de la civilisation gréco-romaine montrent que le signe du Sagittaire a beaucoup évoluée depuis sa création, il s’inspire des babyloniens et des Perses avec une fusion des symboles égyptiens. Chez les Ptolémées (la succession d’Alexandre le Grand en Egypte), il représentait un jeune pharaon à cheval apprenant à chasser sous la protection d’une oie, c’est le dieu enfant Shed (le sauveur) qui protège des animaux vénéneux.

Cette figure antique de l’homme-cheval à la chasse est à l’origine du signe zodiacal du Sagittaire. L’équilibre est primordial dans la philosophie des anciens, il est particulièrement évident dans l’approche du symbole. Le Sagittaire antique a deux visages, il est à la fois Horus et Seth, le fils du pharaon, et il n’est absolument pas le Horus ancien que l’on a enlevé du ciel lors de l’invention des zodiaques. Le dessin du Sagittaire montre la double nature du jeune monarque, grand héros pour son peuple et méchant envers les ennemis.

Le Sagittaire est totalement masculin, c’est une image puissante pleine de profondeur et de paradoxe, mais cela n’a strictement rien à voir avec un thème astral astrologique ou de la divination. Avec la double face, on imagine une sorte de rite de passage initiatique, un changement et une transformation, un passage à l’âge adulte, dans certaines versions du signe il a le phallus en érection. Plusieurs auteurs indiquent que le signe est exclusivement masculin et homosexuel, d’où sa double face Horus et Seth.

Après avoir été le Sagittaire le jeune pharaon va continuer à évoluer dans le zodiaque pour retrouver sa soeur et épouse Isis-Hathor alors symbolisée par la constellation Virgo, il va lui va faire un enfant (Bootes et de Isis à l’enfant) et continuer sa route jusqu’au trône de Jupiter (son père) afin de commencer son règne et diriger le pays. Et ainsi de suite jusqu’à la fin de la lignée après quelques générations de consanguinité acharnée.

Toujours en Egypte, Jupiter a représenté Ramsès II le plus célèbre des pharaons, et c’est peut-être la première fois qu’un dirigeant est divinisé avec l’astre brillant, le personnage de Ramsès correspond à l’image du souverain qui domine. Ramsès II est souvent considéré comme le pharaon opposé à Moïse lors de l’Exode, bien qu’il n’existe aucune preuve pouvant l’attester. La version que le monarque choisit de figurer dans ses inscriptions est l’équivalent hiéroglyphique de « l’air chaud ». En termes astronomiques ce nom de Jupiter et son système pharaonique est approprié, puisque la planète géante brille à une distance lointaine, mais en regardant de près elle se révèle être une boule de gaz, bien évidement les anciens ne savaient pas cela.

Ramsès II a certainement abusé de la polygamie, mais deux reines principales partageaient ses affections. L’une d’entre elles était sa soeur et épouse Nefertari la préférée, elle est toujours présente à ses côtés et divinisée en Isis (Aset). Sur la bordure extérieure du zodiaque de Denderah ou à l’entrée de la tombe de Nefertari en Egypte, elle tient la queue du monarque Taureau-Bouc.

Cette Isis avec son emblème aux serpents en bordure du zodiaque de Denderah représente Io dans la mythologie, c’est une lune de Jupiter et elle est une captive en habit de pourpre, comme une prostituée. Derrière l’image de cette Isis, nous trouvons le sanglier-cochon à ses pieds, c’est un avatar de Seth (Sata) qui est absolument partout dans le zodiaque et sous plusieurs formes.

Il y avait aussi une pratique du cannibalisme chez l’élite égyptienne, le thème central du texte funéraire l’Hymne cannibale est un dépècement rituel où le pharaon découpe, cuit et mange hommes et dieux tel un cannibale afin de s’approprier leurs forces vitales. L’association de Seth avec le sanglier-porc vient de son côté destructeur des récoltes mais aussi de l’image de la truie qui mange ses petits.

Sur le zodiaque la face du Taureau-Bouc n’est pas très clair, on peut y voir la tête d’un reptile, la confusion est facile et c’est peut-être l’origine des envahisseurs reptiliens de l’espace. Installé sur une montagne, il représente aussi Vulcain le dieu romain du feu et des volcans, le fils de Jupiter et de Junon, le régent ésotérique du Taureau est justement Vulcain.

Les monarchies et les empires reprendront cette image du couple avec le dauphin divinisé en Horus, il est également en bordure du zodiaque comme un enfant et un jeune adulte, sa tête de faucon est effacée. La reine d’Angleterre porte la flagelle, attribut du pharaon et symbole du pouvoir de la royauté avec les couronnes, coiffes, et sceptres, les empires utilisent l’aigle (parfois bicéphale) gréco-babylonien de Jupiter-Zeus.

Zeus (Diós en grec) est souvent représenté plein de bonté et positif dans la mythologie, mais il est aussi assimilé au taureau sethien et à un détraqué sexuel, en effet de nombreuses oeuvres d’art représente le roi des dieux avec un jeune enfant esclave lui versant à boire, une métaphore sexuel du peuple en esclavage engraissant l’élite au paradis ou l’on organise les orgies (Eyes Wide Shut). Avec son jeune amant et esclave Ganymède, Lucien de Samosate fait de Jupiter un pédophile dans son « Dialogues des dieux ».

Astrologiquement, Jupiter et la maîtrise du signe du Sagittaire représente les maîtres, les seigneurs, les gouvernants, les magistrats, les professeurs, les chefs de clan, le pharaon, le roi, dieu, etc.. Jupiter est le maître dominant égocentrique et narcissique, son action est bonne ou mauvaise selon les périodes et la situation du pays qu’il dirige. C’est aussi une figure du dieu unique YAVE (Zeus en langue sémitique) et de tant d’autres noms de dieu (Amon, Mardouk, Nibiru, Molock, El, E.allah, etc.).

Emmanuel Macron est né le 21 décembre 1977 à Amiens (Somme). Né à 5° Sagittaire à proximité, le signe du nouveau Président des français est traditionnellement lié à la planète Jupiter qu’il domine astrologiquement, si on utilise son thème astral avec l’astrologie gréco-babylonienne, il est en effet un président jupitérien et identifié au roi des dieux de l’antiquité.

Le jour de naissance de notre jupitérien national est aussi le jour du solstice d’hiver et de la mort du soleil avant la renaissance le 25 décembre ou la durée des jours commence à rallonger jusqu’à Pâques. Cette période est source de nombreuses célébrations, fêtes païennes ou fêtes religieuses dans différentes cultures au cours de l’histoire, c’est le « Sol Invictus » des romains.

Dans le codage astrologique des illuminés, l’ascendant en Capricorne de Macron le gouverne par Saturne, indiquant les responsabilités et la politique. Dans la mythologie grecque, Saturne est la planète de l’ascendant astrologique en Capricorne, c’est Chronos, le père de Zeus-Jupiter. La planète Saturne représente en astrologie à la fois la loi (la loi du père, l’autorité) mais aussi le temps.

Voilà pourquoi Emmanuel Macron se prend pour le « Maître des Horloges » et le « Roi du Zodiaque » avec son score de 60.66% au second tour des élections et un rituel astrologique à la pyramide du Louvre avec des danseuses dénudées pour la célébration de la victoire. Pour certains religieux il représente « Satan » et « l’Antéchrist » annoncé dans les nombreuses prophéties comme l’Apocalypse.

La planète Jupiter était jusqu’ici rétrograde, mais depuis le samedi 10 juin 2017, Jupiter a repris sa course dans l’autre sens. Selon des astrologues, cela va créer une dynamique qui va accélérer les processus et nous guider vers plus de réalisations et Jupiter est maintenant dans le bon sens. Ce n’est pas l’avis de tous et c’est exactement l’inverse qui se prépare, d’ailleurs depuis juin 2017 notre jupitérien chute lourdement dans l’opinion public, cela devrait s’arranger avec une bonne communication et les sondages, avec un score de 60,66 % la messe est dite pour 10 ans sauf si une catastrophe arrivait.

Il y a d’autres liens astrologiques avec le nouveau Président. L’astre Jupiter était dans le signe des Gémeaux lors de sa naissance, l’origine du signe des Gémeaux est homosexuel et bisexuel, et il y a des rumeurs sur la sexualité ambigüe de notre Jupiter. Le thème astral du premier Ministre Edouard Philippe est Scorpion placé sous l’influence de Pluton, la planète des bouleversements et des changements.

La tapisserie de Pierre Alechinsky dans le petit musée d’Emmanuel Macron à l’Élysée représenterait le signe du Sagittaire, l’oeuvre était déjà dans ce bureau quand son occupant était Aquilino Morelle, sous le quinquennat Hollande. Sous le bureau design, le tapis circulaire et très zodiacal de l’artiste Claude Lévêque représentant des diamants dans un cercle est intitulé « Soleil Noir ».

Sur un autre mur, la copie de la Marianne fraternelle par l’artiste Obey. L’assemblage des oeuvres dans ce bureau élyséen est peu esthétique, ce qui prouve que l’astrologie est parfois véridique. En effet, si le Sagittaire est adepte de la peinture et de la sculpture il ne deviendra jamais un artiste car il ne sait pas comment développer son talent.

Par le plus grand des hasards, le logo des jeux Olympiques de Paris 2024 représente la tour Eiffel mais aussi le symbole de Jupiter, on peut l’admirer sur la tour noire de Montparnasse, héritage de George Pompidou qui avait un thème mercurien lié à la finance (il a fait voter la loi des banques et commence ainsi le long déficit de la France). Anne Hidalgo est maire de Paris, c’est aussi le nom d’un astéroïde de Jupiter.

Bruno Lemaire, actuel ministre des finances, s’est déclaré être le Mercure (Hermès) au Club Economique de New-york, pour les mêmes raisons astrologiques bien que son ascendant est le Bélier et non pas Taureau. Son thème astrologique de naissance le place effectivement comme étant un mercurien et lié à la finance, comme l’était le Président Pompidou.

Les deux signes combinés représentent le « Veau d’or », le Taureau antique (parfois un Bélier), le « Bal » ou « Bel Mardouk » des peuples sémites et mésopotamiens. C’est le culte de Mammon, l’argent roi, dans certaines cultures le taureau est l’animal que l’on sacrifiait en rituel pour un changement ou la prospérité (la corne d’abondance).

Le dogme catholique n’hésita pas à placer tous les personnages de la Bible sur les constellations gréco-latines mais aussi avec le zodiaque de Denderah. L’archer Sagittaire (Kesheth en hébreu) est le gracieux de l’Accadien « Nun-ki » signifiant « Prince de la terre », il est bienveillant et conquérant (Pi-maere et Knem). Le prénom Emmanuel vient du mot Hébreu Immanuw’el, c’est un titre appliqué au Messie né d’une vierge, car Jésus était dieu uni à l’homme. D’un point de vue biblique, Matthieu à la fin de l’évangile désigne Emmanuel comme Jésus (Dieu avec nous). Avec Matthieu, Emmanuel est désormais le Seigneur de l’univers qui accompagne, tout au long de la mission d’évangélisation.

Un autre dirigeant jupitérien lumineux comme Jésus est actuellement au manette dans son pays est le Nord-Coréen Kim Jong-Un, et il ne laisse présager rien de bon pour la paix dans le Monde. Tout a donc été installé astrologiquement pour un changement important et ce sera bon ou mauvais dans la continuité d’une tradition ésotérique surannée avec Jupiter – Zeus qui tient toutes les nations sur son trône du monde. A travers les mythes et la religion, il semblerait que les inventeurs imaginèrent aussi la fin de ce système inventé pour notre âge des Poissons et la chute du roi des dieux et de ses anges.

Dans la mythologie, Persée utilise la Gorgone pour libérer Andromède enchaîné(e) sur son rocher, la scène antique est visible dans la salle hypostyle (gréco-romaine) du temple de Denderah en Egypte, la constellation du Taureau est située proche de Jupiter sur son trône et juste avant Persée dans le ciel, qui ne tient pas une tête de gorgone dans la version originale mais une sorte de chèvre-bouc, le bouc étant aussi lié à Seth.

Le changement des signes et des symboles dans les civilisations peut s’expliquer avec le déplacement du ciel à cause du phénomène de la précession des équinoxes. Quand Persée se lève en direction d’Andromède, le monstre marin que représente la constellation de la baleine (Cetus, un poisson-porc également associé à Seth) se couche à l’horizon. Persée peut ainsi délivrer Andromède sur son rocher (le triangle de la constellation des Poissons).

Andromède représente l’homme nouveau (Andros et Med), mais il est aussi androgyne et assimilé au couple divin Isis et Horus réfugié sur la lune dans les Poissons après la victoire de Seth sur l’ensemble du ciel. En Egypte, le mois des Poissons (Pachon) était celui du sacrifice d’un porc, alors Isis tiens le porc-sanglier par la queue à la pleine lune, et pendant cette période du mois des poissons les égyptiens mangeaient du porc pour repousser le mal et Seth. Il est vrai que sur la lune les ombres dessinent un lapin mais à son pôle Nord nous pouvons découvrir l’image d’un porc. Tout a été inventé et codé en observant la nature et le ciel.

Le Horus fils de l’homme a deux yeux, le soleil et la lune, il est donc représenté sur la lune dans l’autre poisson de la constellation, c’est l’origine du fameux symbole de l’Oeil d’Horus que certains cherchent dans la glande pinéale, c’est en réalité une éclipse. On a donc codé un système et ses changements à travers les étoiles depuis la nuit des temps et dans toutes les cultures, la mythologie gréco-babylonienne qui perdure s’inspire largement de l’Egypte avec ses différents panthéons dans sa longue histoire.

Io est la femme esclave dans ses habits de rouge, elle est aussi assimilée à la déesse égyptienne Isis-Hathor. Il est dit que Io rencontra Prométhée (avatar d’Andromède) le voleur de feu enchaîné sur son rocher (ou crucifié sur le zodiaque), qui lui révéla qu’elle retrouverait sa forme humaine et primitive après la chute du grand monarque. Io traversa à la nage plusieurs mers pour échapper à Jupiter et arriva finalement en Égypte, là où tout a commencé.

Notre système politico-religieux garde l’édifice, mais il y a toujours une place pour la destruction et la fin quand viendra le véritable messie qui n’est autre que le Horus ancien enlevé du ciel, son avatar est proche de Saint Michel (il y a d’autres avatars). Son retour annonce la chute du dragon, c’est à dire le centre du zodiaque et son grand G cosmique de la constellation du Dragon (Draco), le coeur de l’ouvrage.

C’est l’Apocalypse (la révélation), les étoiles tomberont comme la pluie et le ciel dévoilera une autre histoire cachée au monde derrière le lourd manteau des religions et l’écran de fumée du zodiaque.

Article : Anonyme – Illustrations © Internet

Close