FARCETRANSPORT

Projet Normandie Sol – Une Autoroute Solaire

Des centaines d’arbres arrachés et un projet pharaonique sur 10 ans pour la construction du premier autoroute solaire du monde baptisé « Normandie-Sol ».

Inauguré le 22 décembre 2016, le premier tronçon solaire du monde est long de 1 km sur une voie départementale desservant la petite commune normande de Tourouvre-au-Perche, dans l’Orne, dont la chaussée a été recouverte de dalles photovoltaïques.

A l’heure actuelle, le concept de route solaire a changé d’échelle, le projet « Normandie-Sol » est un 4×4 voies totalement solaire, il est porté par des architectes, plusieurs grandes entreprises de travaux publics et des Instituts nationaux.

Au terme de cinq années de recherche et de tests menés en Vendée, dans les Bouches-du-Rhône et dans les Yvelines, une autoroute normande constituerait le véritable banc d’essai pour une transformation solaire des infrastructures autoroutières européennes.

Pour l’instant, ce n’est qu’un projet à l’étude mais ça avance à très grand pas, le premier tronçon de Paris à Rouen devrait être inauguré courant 2022, Caen devrait être solaire en 2025, la fin des travaux de l’axe principal de la nouvelle autoroute de l’Ouest est programmé pour 2027 et toutes les rocades ouvertes pour 2030.

Basé à Bruxelles et connaissant bien la Normandie, l’architecte et designer Eric Zolfsky de Simoni du cabinet Saaty & Sermann a étudié le projet et réalisé un plan futuriste représentant la nouvelle autoroute de Normandie. Selon lui, le problème principal est qu’il va falloir démolir pour reconstruire plus loin à cause de plusieurs facteurs.

Le projet pourrait aussi inclure un Train Rapide reliant Paris à Rouen, Le Havre, Caen et même la Bretagne. Il prévoit un aéroport régional à Lisieux, tout est une question d’argent et de volonté politique. L’architecte designer nous explique pourquoi nous devons repenser tout notre réseau routier avec les nouvelles technologies :

« Les mentalités avec les infrastructures routières, les paysages et les écosystèmes changent, il n’est plus question de tracer une route ici ou là selon le bon vouloir d’un Président de Conseil Général ou d’un Sénateur comme ce fut le cas trop longtemps.

Les routes du futur ont un coût de construction beaucoup plus élevé qu’une route normale en bitume, nous ne pouvons plus nous permettre de construire des rocades n’importe comment, la priorité est aux grands axes reliant les Métropoles avec des routes solaires, la France des ronds-points c’est terminé.

Le tracé de nombreuses autoroutes est aussi à revoir, on a privilégié la bourse plutôt que le confort de l’usagé et parfois même la sécurité. Il y a des autoroutes qui ne sont pas rentables sauf avec un péage très fort, dans notre jargon on appel ça « faire un Concorde », c’est beau (pas pour tout le monde) et technique, mais ce n’est pas vraiment utile.

Je pense de suite au Pont de Normandie, au Viaduc de Millau mais il y a bien pire, l’autoroute A65 est la plus chère de France et les automobilistes continuent à emprunter la route nationale, c’est un fiasco et c’était annoncé. Idem pour l’A28 reliant l’A13 à Alençon, il est désert toute l’année sauf en été quand les anglais remontent vers les ferrys et l’Euro Tunnel.

Et il n’y a pas qu’en France, construire une autoroute c’est Bison Futé avec les magouilles et les Aliens, ça fait tourner la boutique mais ce n’est pas bon pour nos impôts et c’est trop souvent un désastre écologique. Avec les grands axes métropolitains certains trajets deviennent plus courts, d’autres plus longs, nous allons parfois parcourir quelque kilomètres supplémentaires mais avec le solaire plus de carburant et la facture des trajets va diminuer sensiblement.

Les autoroutes du futur dessinent des tracés intelligents et un transport du fret mieux adapté, on pourrait même augmenter les limitations des vitesses à 140 voir 160 km/h et ainsi rattraper le temps perdu sur les rocades et les déviations. Encore une volonté politique.

En effet, contrairement à la propagande sur la vitesse au volant, il n’y a pratiquement pas d’accidents mortels sur les autoroutes avec 169 tués en 2016 et la somnolence comme premier facteur d’accidents devant l’alcool et la drogue. Il faudrait aussi enlever les poids lourds ou installer des voies réservées, les PL sont sur-impliqués dans les accidents.

En ce qui concerne la Normandie, les grandes villes ont été reconstruites à la hâte, on peut démolir sans problème, personne ne va pleurer le béton du Havre ou la rive gauche industrielle de Rouen, il y a des verrues aussi à Caen, Bayeux, Cherbourg, Evreux, etc., tous les immeubles de l’après-guerre peuvent aller à la démolition et le réseau routier commence à se faire vieux à certains endroits.

Le Projet Normandie Sol 2022 (Image cliquable)

Ce qui a été une catastrophe est aujourd’hui un gros plus architectural, la technologie a bien évoluée depuis les années 50 et 70, les villes bombardées pendant la guerre et défigurées par tours des cités dortoirs ont désormais un potentiel énorme pour une reconstruction.

Il y a quand même des petits soucis récents à revoir en urgence. Le tracé de la nouvelle autoroute vers Alençon n’est pas bon et c’est souvent désert. L’A29 reliant les Flandres au Havre par le Nord de Rouen pause problème, les usagers évitent le Pont de Normandie voulu par la Chambre de Commerce du Havre et déboulent vers Rouen, la capitale étant déjà très saturée avec un contournement Est de la Métropole qui se fait attendre.

Toujours à Rouen, le pont Flaubert est une stupidité sans nom, le pont levant ne se lève jamais, il devrait être construit plus loin pour un contournement Ouest de qualité reliant l’A150 et le Nord vers Amiens. Un autre pont avec un nouveau tunnel et un viaduc au-dessus de le Houlme / Maronne sera nécessaire pour terminer la grande boucle de la Métropole.

En direction des Flandres, l’A29 vers Amiens est un doublon de l’A28, une seule autoroute aurait suffit pour rejoindre la Picardie. Au Sud de Caen, l’A88 devrait disparaitre avec la grande rocade de Lisieux. A Caen, le périphérique est à revoir, les sorties sont difficiles et il faudrait agrandir. Plus loin, l’A64 est trop proche des côtes, on devrait resserrer dans les terres, mais pour une fois il n’y a pas de péage.

Il y a bien d’autres choses à revoir, en conclusion je pense qu’on a gaspillé des centaines de millions dans des infrastructures routières inutiles, cela va être difficile de rattraper les erreurs sur le court terme car il faut tout repenser, cependant tout n’est pas noir, un changement est possible avec une Normandie unie et l’anéantissement des prédateurs Aliens. »

Le projet « Normandie-Sol » va transformer durablement l’A13, l’autoroute de l’Ouest est historiquement la première autoroute française, mais il ne va pas disparaître complètement puisque depuis Paris porte St Cloud jusqu’à hauteur d’Evreux rien ne change vraiment, le chantier est une transformation du réseau existant, c’est une mutation solaire. Ensuite, commence la nouvelle autoroute de Normandie avec ses infrastructures modernes en direction des plages et du Mont Saint Michel.

Des millions de cellules solaires photovoltaïques seront implantés dans le revêtement de la route, certains véhicules se chargeront directement depuis le sol. En bordure des autoroutes, les panneaux solaires alimenteront le réseau routier, les trains et les agglomérations, les parcs éoliens en exploitation augmenteront encore la capacité de production, il y aura un surplus d’électricité et on pourra fermer les centrales nucléaires (sauf qu’on ne sait toujours pas comment les démanteler).

Toutes les villes importantes seront reliées, l’autoroute A13 va être démantelé petit à petit et des arbres seront plantés sur l’ancien tracé en agrandissant le Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine, l’A84 sera divisé en parcelles pour les agriculteurs et l’installation de plusieurs parcs éoliens.

Au Nord de Rouen, le tracé de l’A150 sera aussi modifié pour mieux relier Le Havre, une partie de l’A29 mal construit pourrait aussi disparaitre et devenir une zone agricole avec des champs biologiques. L’A88 devrait aussi disparaitre, il devient inutile avec Caen à seulement 15 minutes de Lisieux et son axe vers Alençon. Des petits tronçons de ces anciennes autoroutes pourraient être conservés pour des localités.

Un nouveau péage à hauteur de Lisieux mènera aux plages normandes, l’autoroute sera payant jusqu’à la rentabilité de l’axe futuriste Paris-Normandie, et cette nouvelle autoroute ne sera pas sans contrepartie, il faudra négocier avec les collectivités locales et les écologistes. A proximité du nouveau tracé, un espace sera aménagé pour recevoir la nouvelle ligne de chemin de fer. A l’heure actuelle, aucun projet n’a été retenu mais un Train Rapide dernière génération serait à l’étude.

La ville de Lisieux deviendrait un axe de transit important au coeur de la Normandie, on évoque aussi une grande gare et un futur aéroport régional baptisé « Normandie – Notre Dame de Lisieux ». Avec la création d’un grand contournement périphérique de Rouen, la vieille capitale normande, le nouveau pôle de recherche scientifique de Caen, et les rénovations urbaines en projet dans le port du Havre, la Normandie ouvre la porte du 21ème siècle, et c’est solaire.

Close