La BMW 528i de Jacques Mesrine

Avant d’être broyée dans une casse le 14 mai 2007. La BMW de Jacques Mesrine est restée avec les scellés de justice pendant vingt-huit ans dans une fourrière, à Bonneuil-sur-Marne.

Mesrine

Jacques Mesrine était un gangster déclaré « ennemi public numéro un » au début des années 1970, il est notamment connu, en France, pour des braquages médiatisés et pour ses évasions. Avec son assassinat par la police le 2 novembre 1979 porte de Clignancourt, alors qu’il circulait dans une BMW 528i flambant neuve, Jacques Mesrine est rentré dans la légende. Après son élimination, sa BMW est restée pendant plusieurs heures sur la chaussée, vue et filmée de tous avec le cadavre du gangster à bord, associant à jamais la BMW série 5 à Mesrine.

La BMW 528i e12 boite manuelle, numéro de série 6562558, sortie de ligne en 1979 et livrée en mars 1979 servait de véhicule de direction et de démonstration du concessionnaire BMW de Clichy, Patrick Sanfourche. Celui-ci a utilisé ce véhicule à titre personnel quotidiennement, et même pendant ses vacances d’été en famille à Quiberon. Préparant sa retraite en Italie avec sa compagne Sylvia, Jacques Mesrine cherchait à acheter une voiture sobre qu’ils garderaient en Italie.

Mesrine01

Mesrine s’est présenté une première fois à la concession BMW de Patrick Sanfourche sous le pseudonyme de Jacques Vétois, de profession journaliste, pour prendre contact et réserver l’auto avec ses accessoires. La concession, qui débutait, était très exigüe et ne possédait que 7 ou 8 modèles en stock. Il a tellement insisté qu’il a réussi à passer devant une longue liste d’attente. Il a commandé le véhicule pour 100 667 francs au nom de la sœur de Nicole Canard, épouse Naudy, nom d’emprunt de son amie Sylvia Jeanjacquot. Il a demandé de faire rajouter la climatisation, un autoradio ainsi que des jantes Motorsport 14 pouces (accessoire souvent montées sur des BMW e3 et e9, et les 535i e12), pour une somme de 15 666 francs.

Il s’est présenté une seconde fois fin juillet pour définir les modalités de livraison, puis est venu prendre livraison au tout début septembre. À chaque fois Mesrine s’est montré très sympathique avec le personnel, et a offert une boite de cigares au commercial de la concession. La voiture a été mise en circulation le 5/09/1979, immatriculée 83 CSG 75, et livrée au couple de malfaiteurs, qui se sont chargés de l’assurer de façon officielle. La voiture a servi pour le repérage de la grotte qui a servi à la tentative de crime du journaliste Jacques Tilliers.

Lorsque le 12 septembre, au moment où Mesrine et son complice quittaient la grotte laissant le journaliste Tilliers presque mort, Mesrine a donné les clés de sa BMW au lieu de celles de la Renault 14 achetée pour l’occasion. Son complice lui a dit : « Eh tu t’es trompé, tu m’as donné les clés de la BM ». Cette information importante relayée par Tilliers a servi aux policiers pour bien identifier Mesrine.

Mesrine02

Le jour de l’assassinat de Mesrine la 528i avait 7747 kilomètres au compteur. Mesrine partait en weekend avec sa compagne mais sa cache était connue des policiers qui étaient postés sur le chemin jusqu’au dispositif mis en place dès le matin porte de Clignancourt. Mesrine est sorti peut de temps après sa compagne de son immeuble au 31 rue dans le 19 ème arrondissement. Il est allé chercher la voiture au garage souterrain et a effectué une longue marche arrière pour aller charger les bagages.

Arrivée à la porte de Clignancourt pour tourner sur le boulevard Ney, la BMW a été criblée de 21 balles de gros calibre, entrainant la mort de Jacques Mesrine. La voiture, dont les policiers pensait qu’elle était piégée est restée de nombreuses heures sur la chaussée. Elle a ensuite été amenée dans la cour du commissariat, et dotée de longues tiges blanches pour symboliser les trajectoires des balles.

Les journalistes présents à Clignancourt ont relevé le nom du concessionnaire sur la plaque d’immatriculation arrière, comme cela se pratique souvent, et dès 17h30, le directeur de France-Soir en personne a appelé la concession pour leur demander sous quel nom cette auto avait été vendue. Le garage lui a répondu que ça ne posait pas de problèmes mais qu’il leur fallait un écrit.

Puis sans en demander davantage, Patrick S. est rentré chez lui. Comme il écoutait des cassettes et non la radio dans sa voiture, il n’a pu apprendre le décès de Jacques Mesrine qu’à son retour au domicile où son épouse lui a signalé ce fait. C’est seulement au Journal télévisé de 20 H qu’il a reconnu la fameuse BMW 528i. Suite à cette action de police, le responsable de la concession a été convoqué à la Police judiciaire. Craignant des ennuis a cause du paiement en liquide, il n’a finalement pas été inquiété.

Mesrine03

Le 12 novembre 1979, la 528i a été transférée à la casse de Bonneuil-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, et gardée comme pièce sous scellés. Ce scellé de justice devait être conservé par les services de l’Etat tant que l’enquête sur les circonstances de la mort de Jacques Mesrine n’était pas définitivement close.Pendant de nombreuses années, la voiture de Mesrine a cependant été une attraction dans le milieu policier et judiciaire, de nombreuses personnes venant à la fourrière pour voir le véhicule.

Selon le journal Libération, les frais de fourrière du véhicule auraient couté environ 5000 euros au ministère de la Justice. Finalement, la BMW a été broyée dans une casse le 14 mai 2007 avec quatre autres voitures, de manière à ce qu´on ne puisse pas distinguer les débris et récupérer des souvenirs.

Mesrine04

VIA : WikipediaYaromet