L’Eglise Vivante et Parlante – France

Entre 1873 et 1921, l’Abbé Victor Paysant a décoré le sol et les murs de l’église de Ménil-Gondouin dans l’Orne, avec des écritures saintes et des citations peintes ou gravées. L’église a pu être sauvée.

Eglise Vivante et Parlante

Victor Paysant, né à Fel (Orne) en 1841, fut curé de Ménil-Gondouin (Orne) de 1873 à sa mort en 1921. Il commença sa carrière ecclésiastique comme vicaire à Ceaucé en 1867, avant de prendre son poste définitif en 1873 qu’il occupa pendant presque cinquante ans. Quand il arriva au village de Ménil-Gondouin, alors que la nouvelle église venait d’être bâtie en 1870, il ne cessa d’adapter la construction à l’idée qu’il se faisait de sa mission dans la décoration que ce fût par les peintures ou par la mise en place de statues.

Son activité dans la décoration de l’église a eu un but pastoral. Toujours dans le même but, il écrivit un Cantique des Mages et même une cantate, faisant exécuter par les membres de la paroisse des jeux scéniques à l’occasion des diverses fêtes religieuses. Son intérêt se portait aussi sur d’autres sujets de culture plus générale. Ce style rattache le monument à l’art brut. Il fit installer également à l’intérieur de l’église un grand nombre de statues, parfois anciennes, dont la plupart sont perdues.

À la mort de l’abbé, l’administration du diocèse de Sées décida d’effacer les traces de ses frasques : la façade fut passée à la chaux et l’ensemble de la décoration intérieure revue. La sécheresse de 1976 fit ressortir un certain nombre de fresques et une association locale sensibilisa la population à ce patrimoine méconnu. Après 2001, la municipalité de la commune décida de réhabiliter l’abbé et de restaurer l’église. La restauration extérieure put commencer en juillet 2004, suivie par celle de l’intérieur de l’édifice achevée en juin 2006.

Texte : Wikipedia – Illustrations © François Levalet (1,2) / Virginia Manso (3-12)

Close