SOCIETE

Maisons Salles et en Désordre

Des personnes vivent dans des maisons jonchées de détritus et couvertes de poussière. On trouve souvent un tel comportement chez des personnes d’âge avancé, mais cela touche également des jeunes.

En 1966, deux psychiatres anglais, Mac Millan et Shaw, publient une étude sur 72 personnes âgées vivant dans des conditions d’hygiène personnelle et domestique inquiétantes. Ils avaient constaté chez ces patients un effondrement de leur norme de propreté personnelle et d’environnement et avaient appelé ce tableau « syndrome de décompensation sénile ».

Le syndrome de Diogène est décrit par Clark en 1975 pour caractériser un trouble du comportement de la personne âgée conduisant à des conditions de vie négligées, voire insalubres. Le syndrome peut être encouragé par une fragilité financière perçue, justifiée ou non. La solitude, subie ou voulue, semble le facteur de déclenchement principal.

Le syndrome touche également quelques personnes jeunes. Se pensant à tort ou à raison en risque de pauvreté extrême, ce qui lui est suggéré par la vie peu gratifiante où elle s’installe, elle essaie d’économiser le plus possible pour parer à l’avenir, et accumule parfois des sommes importantes sans avoir réellement conscience de leur valeur.

De grandes quantités de déchets ou d’objets sans utilité immédiate amène à vivre dans des situations insalubres : d’abord un simple encombrement, le logement devient impossibile à entretenir en raison même de cet encombrement devenu obstacle.

Close