SCULPTURE

Ernesto Neto – Sculp­tu­re / Installation

Ernesto Neto conçoit des sculp­tu­res com­po­sées d’éléments auto­no­mes s’encas­trant les unes les autres, des jeux de cons­truc­tion et d’équilibre dans lequel inter­vien­nent l’impro­vi­sa­tion et l’explo­ra­tion de l’espace.

Neto Enesto 01

Ernesto Neto est né en 1964 à Rio de Janeiro Ernesto où il vit et travaille. L’artiste expose au Brésil depuis 1988 et en solo à l’étranger depuis 1995, il est l’artiste bré­si­lien le plus connu de la scène artis­ti­que contem­po­raine. Son œuvre de Neto a été décrite comme étant « au-delà du minimalisme abstrait ». Ses installations sont de vastes sculptures souples et biomorphes, mi-corporelles, mi-architecturales, elles emplissent l’espace d’exposition. Ses créations sont pré­sen­tes dans de nom­breu­ses col­lec­tions.

Son tra­vail s’appuie sur les rela­tions entre tous les éléments : la matière, l’odeur, l’équilibre, le lieu et l’inte­rac­tion avec le visi­teur dans lequel inter­vien­nent l’impro­vi­sa­tion et l’explo­ra­tion de l’espace. Ses sculptures peuvent être considérées comme une expression de l’art abstrait traditionnel, bien que leur interaction avec le visiteur leur confère un autre niveau d’interprétation.

Les sculptures sont généralement faites d’un polyamide blanc, étirable, similaire à celui d’un collant. Pour fixer spatialement le volume de ces formes amorphes, l’artiste les tend à travers la pièce, les remplit de pastilles de polystyrène expansé ou, parfois, d’épices odorantes.

Dans certaines installations, il a également utilisé ce matériau pour créer des paravents translucides qui transforment les murs et le sol de l’espace d’exposition. Ses sculptures peuvent être considérées comme une expression de l’art abstrait traditionnel, bien que leur interaction avec le visiteur leur confère un autre niveau d’interprétation.

Life is a river (2013)

Présenté dans le cadre de la biennale kochi-Muziris (ancienne Cochin) en mars 2013. Les tissus utilisés pour la masse organique proviennent de la région, en hommage à la culture indienne.

Léviathan Thot (2006)

Le gigantesque « Léviathan Thot » au Panthéon de Paris, est une terrifiante créature des mers qui détruira le monde et sera mangée par les justes, avec l’aide de Thot le dieu égyptien du savoir. C’est l’une de ses installations les plus admirées.

Neto - Leviathan Thot 00

Anthropodino (2009)

Ernesto Neto va relaxer le visiteur avec l’installation « Anthropodino » à l’Armory Park Avenue de New York. Des structures de formes amorphes et organiques accueillent le spectateur, un vrai bonheur pour les enfants.

Neto - Anthropodino 00

Looking for the end (2008)

L’ins­tal­la­tion « Looking for the end » réa­li­sée en bois, est conçue spé­cia­le­ment pour la Sculpture-Habitacle d’André Bloc chez Natalie Seroussi (Meudon). Cette sculp­ture sans fron­tière rap­pe­lant l’exu­bé­rance de la forêt ama­zo­nienne en per­pé­tuel mou­ve­ment , enva­hit l’espace, s’intro­duit dans les niches de l’habi­ta­cle, s’érige, ondule, arti­cule l’inté­rieur et le révèle.

Neto - Looking for the end

Wisdom of the Parts (2008)

Exposition à la galerie Tanya Bonakdar. Plusieurs sculptures avec des matériaux de bois, d’acier et acrylique.

neto-Wisdom of the Parts


Credits photos :
Life is a river © Kochi Muziris Biennale
Leviathan Thot © Roger Labeyrie
Looking for the end © Natalie Seroussi
Anthropodino © Psychopooch
Wisdom of the Parts © Tanya Bonakdar

Close